Investir à La Roche-sur-Yon depuis l’Australie : interview d’Alexandre

Alexandre habite à Sydney depuis 5 ans.  Pour préparer sa retraite et bénéficier des taux de crédit toujours très bas, il vient d’investir à La Roche-sur-Yon sa ville natale. Il nous partage son parcours et pourquoi après 5 ans d’épargne il a décidé d’investir dans l’immobilier depuis l’Australie.

investir à La Roche-sur-Yon

Une rapide Introduction sur Toi …

Je m’appelle Alexandre, je suis ingénieur en développement logiciels depuis plus de 10 ans. J’ai travaillé pendant 5 ans à Paris. A la première opportunité, je me suis expatrié en Australie.  J’y suis maintenant depuis 5 ans. Je travaille à Sydney.

Quel est ton parcours et comment en es-tu venu à investir dans l’immobilier depuis l’Australie?

Dès mon arrivé en Australie j’ai voulu épargner pour préparer ma future retraite ou tout du moins un revenu complémentaire futur. Je sais que c’est dans longtemps et que donc plus je commence tôt mieux ce sera. Comme je partais de zéro, j’ai commencé par épargner tous les mois et investir sur différents supports financiers de type actions, ETF et Assurance Vie. Cela m’a permis de réaliser des premiers gains et ainsi de me créer un apport pour réaliser un investissement immobilier. J’ai souhaité emprunter au maximum sur le montant et la durée afin de bénéficier de l’effet de levier du crédit. Mais j’ai souhaité toutefois garder un peu d’épargne de réserve en cas d’imprévu (retard des travaux, retard pour le premier locataire, …) et je continue à investir sur mes supports financiers en parallèle.

Pourquoi investir à La Roche-sur-Yon ?

C’est tout bête, je suis originaire de cette ville. Je connais donc bien le marché. De plus, mes parents y habitent toujours. Etant moi-même à l’étranger, c’est rassurant de les savoir sur place en cas de besoin.

Comment évolue le marché immobilier sur La Roche-sur-Yon ?

La Roche-sur-Yon est une ville typique de taille moyenne en province qui compte 55 000 habitants environ. Le marché est bien tendu avec une forte demande locative. Il y a un vrai déséquilibre entre l’offre et la demande surtout pour des biens de qualité. Le prix de l’immobilier se porte également très bien. Les prix à l’achat sont sur une belle tendance d’environ +35% sur les 5 dernières années et je pense qu’il y a encore de la marge pour que le marché continue à augmenter.

Peux-tu nous décrire ton investissement immobilier à La Roche-sur-Yon ?

J’ai acheté un T3 (2 chambres) de 78 m2 au 4ème étage dans un immeuble des années 70, en plein centre ville, avec un garage et une cave. La localisation du bien en plein centre ville était vraiment un critère important pour moi. L’immeuble est dans un état correct sans être très haut de gamme. Cela m’a permis d’avoir un prix d’achat à 135 000 Euros.

Même si l’état de l’appartement était correct, il avait besoin d’un petit rafraîchissement. Aussi mon chasseur a fait intervenir une société qui s’est chargée de bien le rafraichir pour un montant de moins de 4 000 Euros. Il a été ensuite meublé et aménagé en mode “home staging” pour un budget de 4 000 Euros. Sans être haut de gamme, la décoration donne un coup de coeur et se différencie de la compétition.

Je le loue  750€ par mois en meublé. Je pourrais optimiser son rendement en le proposant en colocation mais la location meublée longue durée me convient parfaitement.

Quels conseils donnerais-tu pour un expatrié qui voudrait investir depuis l’étranger?

Il est certain que c’est plus facile de connaître la ville pour y faire un investissent immobilier mais ce n’est pas une obligation. Grâce aux informations disponibles sur le net, on peut trouver toutes les informations nécessaires pour investir sereinement dans un lieu inconnu.

Surtout je conseille fortement de confier la recherche à un chasseur immobilier. Comme je le disais mes parents vivent sur place. Toutefois, ils ne sont pas investisseurs eux-mêmes et n’ont pas les bons réflexes. Nicolas, le chasseur qui s’est occupé de mon investissement, connait parfaitement La Roche-sur-Yon. Il a très vite compris mon budget et mes attentes. Il m’a rapidement fait des propositions en phase avec mon projet. Et surtout il m’a aidé à choisir en faisant une analyse du bien par rapport à ce qui se pratique sur le marché. Il m’a ensuite accompagné dans toutes les étapes pour finaliser l’achat (analyse des comptes rendus de la co-propriété, négociation du prix, …) jusqu’à la signature chez le notaire. Il s’est occupé des travaux, de l’aménagement puis la mise en location via une agence locale qu’il connait depuis des années et avec qui il travaille pour de nombreux clients. C’est rassurant d’être entre les mains de personnes de confiance. Nicolas est d’ailleurs un chasseur avec qui j’ai été mis en relation directe via Immoneos et son service a été de très bon niveau. Je recommande les yeux fermés.

… et pour un expat plus expérimenté qui cherche du rendement, quitte à prendre des risques, que conseillerais-tu ?

Même si mon bien correspond parfaitement à mes attentes, je conseillerais de chercher des biens de plus grande surface que celui dans lequel j’ai investi et avec des travaux de rénovations plus importants. Cela permettra un meilleur rendement ainsi que des revenus nets plus importants.

De mon coté je n’ai plus qu’à recommencer dès que j’ai de nouveau un peu d’épargne de côté. Je compte investir tous les 12 à 18 mois dans les prochaines années afin de m’endetter au maximum tant que j’ai un CDI. Et si le prix de l’immobilier continue de faire +35% tous les 5 ans, en empruntant à moins de 1.5%, c’est une excellente stratégie sur le long terme.

Merci Alexandre d’avoir pris le temps de témoigner. On te souhaite beaucoup de succès avec ce premier investissement et les prochains.

Continuez votre lecture avec les autres dossiers sur l’investissement immobilier depuis l’étranger :

Partager l'article

Ces articles peuvent vous intéresser

Retour haut de page